Du miel et des Abeilles…

Tante Edith vous propose de découvrir comment ces petits insectes dont la Reine est « MAYA » nous permettent de savourer ce délicieux produit qui est le Miel et pas seulement.

Saviez-vous que toutes les abeilles ne fabriquent pas de miel, certaines piquent, d’autres pas. Elles font partie de la familles des Apidae, Insectes volants recueillant nectar et pollen. Il en existerait près de 20.000 espèces.

Les Abeilles Mellifères (Apis Mellifera) sont très sociables et leur couleur varie. Leur corps velue mesure environ 12,5 mm de long. Elles se nourrissent de nectar de fleurs et recueillent du pollen pour nourrir leurs larves.

Elles utilisent habituellement les arbres creux pour élire domicile dans la nature et produisent de la cire pour construire des alvéoles dans lesquelles elles déposeront le miel et élèveront les nymphes et les larves. Toutefois, la plupart des abeilles mellifères vivent dans des ruches fournies par les apiculteurs.

Les Abeilles naissent réparties en trois catégories : la mère ou reine, dotée d’organes génitaux, les ouvrières dotées d’organes génitaux incomplets, les mâles ou faux-bourdons qui vont féconder la reine. Les larves déposées dans des alvéoles différentes selon qu’elles sont appelées à devenir reine, mâle ou ouvrière seront nourries de miel et pollen pour les futurs mâles et ouvrières, de gelée royale pour les futures reines.

Beaucoup de plantes dépendent des abeilles et d’autres insectes pour leur pollinisation, lorsque qu’une abeille recueille le nectar et le pollen de la fleur d’une plante une partie des étamines colle aux poils de son corps et quand elle se pose sur une autre plante ce pollen se pose sur le stigmate ou sur le bout du pistil. Alors la fécondation est possible et un fruit portant des graines, peut se développer. Les fleurs se sont adaptées pour attirer les abeilles grâce à leurs couleurs vives et leurs parfums. De nombreux aliments et cultures ont besoin de la pollinisation des abeilles comme l’ail, l’amande, l’asperge, l’aubergine, le céleri, les cerises, les châtaignes, la ciboulette, les concombres, les courges, les fèves, les fraises, les pêches, les radis, les prunes, les tournesols, et bien d’autres encore.

Alors qu’il était fréquent de voir des colonies sauvages par le passé, elles se font de plus en plus rare aujourd’hui. Ce phénomène s’explique par le fait que les apiculteurs parviennent mieux à empêcher la formation d’essaims et que sans leur aide, les abeilles sauvages ont du mal à résister aux grand nombre de parasites et maladies.

Il y a en général entre 20.000 et 80.000 abeilles dans une ruche qui se compose d’une reine, de plusieurs centaines de faux-bourdons (mâles) et le reste d’ouvrières qui œuvrent toutes dans la survie de la colonie. La ruche se compose de deux caisses profondes contenant chacune dix cadres dans lesquels la reine pond ses œufs. Au dessus de ces caisses, l’apiculteur pose « les hausses » deux autres caisses contenant dix cadres destinés au stockage du miel, leur nombre dépend de la quantité de miel produit par les abeilles. L’élevage des abeilles permet la pollinisation mais permet également de produire du miel, de la cire, de la gelée royale, le pollen,le propolis et même le venin.

En général à la fin de l’été mais parfois plusieurs fois par an, l’apiculteur récolte la précieuse substance des hausses, le surplus qui n’aura pas servi aux abeilles pour nourrir les larves pourra alors nous permettre de nous en délecter.

Le miel est sur la Terre bien avant l’homme car les abeilles qui le fabriquent y sont apparues il y a des dizaines de millions d’années. Présent dans le delta du Nil et à Summer, le miel jouait le rôle du sucre aujourd’hui et, depuis l’Antiquité, le miel de la Narbonnaise est considéré comme l’un des meilleurs. Il a été utilisé pour soigner, embellir la peau et embaumer les morts chez les Egyptiens. Il a également servi pour confire les fruits et les légumes en l’associant au vinaigre et à la moutarde et plus récemment à adoucir les mets. Quant à la gelée royale, les hommes y cherchent toujours le secret de l’éternelle jeunesse. Il fut le premier édulcorant accessible aux paysans, le sucre étant trop onéreux. Le rôle des abeilles dans la pollinisation est illustré par l’affirmation suivante de Albert Einstein, selon laquelle si toutes les espèces d’abeilles disparaissaient aujourd’hui, la vie sur terre s’éteindrait en l’espace de 4 ans. À partir du Moyen Age en Chine, puis en Europe, il sert à la fabrication du pain d’épice, du nougat et de bien d’autres recettes encore.


Permettez moi de terminer par cette petite citation qui démontre que de tout temps les hommes se sont intéressés au miel et aux abeilles…

Rien ne ressemble à une âme comme une abeille,  elle va de fleur en fleur comme une âme d’étoile en étoile, et elle rapporte le miel comme l’âme rapporte la lumière.
(Victor Hugo)

Du 1er au 15 septembre, profitez de l’offre de Tante Edith. Pour deux pots de miels achetés, un pot de miel offert.

Partager :
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • email
  • Netvibes
  • RSS
  • Technorati
  • Twitter

Laisser un commentaire


1 commentaire pour :“Du miel et des Abeilles…”

  1. lou dit :

    j’adore ce site continuez comme sa ! ;)